GoGo Penguin

GoGo Penguin • © MANOX

Ensemble / Royaume-Uni

Les membres de GoGo Penguin sont étroitement liés à la scène jazz de Manchester : leurs deux premiers albums sont sortis sur Gondwana Records, label de leur ami Matthew Halsall ; Rob Turner et Nick Blacka ont fait leurs armes au Matt & Phreds Jazz Club dans le nord de la ville, et Chris Illingworth a étudié la musique classique au Royal Northern College of Music. Le groupe répète par ailleurs à la Wellington House, une ancienne usine de fabrication textile du quartier d’Ancoats dont les studios sont loués par des centaines de designers et d’artistes. GoGo Penguin se produit également dans les lieux les plus atypiques de la ville comme au Soup Kitchen, à l’Antwerp Mansion ou au Roadhouse (salle désormais disparue), dans le cadre des soirées Norvun Devolution, cependant que le bassiste Nick Blacka assure de temps à autres au Klondyke, ancien bowling dans la banlieue de Manchester, la programmation d’évènements où se mêlent DJs, groupes de rocks et compositeurs de musique contemporaine.

S’ils jouent bien sur de véritables instruments, les membres de GoGo Penguin s’inspirent indéniablement des différents courants de la musique électronique, leur amour pour les bips de jeux d’arcade, les motifs rythmiques les plus surprenants, les mélodies hypnotiques à la Aphex Twin et les lignes de basses puissantes transparaissant à tout moment dans leur musique. Cette dernière a parfois été décrite comme de l’“electronica acoustique”, une expression qui traduit parfaitement leur manière de composer. L’année qui vient de s’écouler a été riche en émotions : jouant dans le monde entier face à un public de plus en plus nombreux, sur des scènes aussi réputées que celles du Koko, de l’Union Chapel et du Barbican Centre à Londres, ou dans le cadre d’évènements aussi prestigieux que le Worldwide Festival organisé par Gilles Peterson dans le sud de la France, le festival Jazz à la Villette, l’Überjazz de Hambourg ou encore le Dimensions Festival en Croatie, ils se sont aventurés pour la première fois en Amérique du Nord - au Rodchester Jazz Festival notamment, qui a salué leur prestation par une standing ovation - et au Canada, où ils ont multiplié les concerts à guichets fermés. Collaborant avec la célèbre chorégraphe Lynn Page dans le cadre du London Jazz Festival d'octobre dernier, le groupe a récemment signé un contrat pour trois albums avec Blue Note Records - le plus illustre des labels de jazz au monde - dont le premier, paru en février 2016, s'intitule “Man Made Object”.

1 spectacle :

Partager ce contenu