Ran Jia

Ran Jia • © Peter Rigaud

Piano / Chine

Décrite par le compositeur et chef d’orchestre chinois Tan Dun comme une “poétesse du piano”, la jeune pianiste chinoise Ran Jia est à l'orée d'une carrière plus que prometteuse. Ainsi, son premier disque consacré à Schubert et paru sur le label français Artalinna en 2015 a été unanimement salué par la critique, qui a comparé son interprétation à celles des Kempff, Lupu et Richter et lui a attribué un “Choc” du magazine Classica. Ran Jia peut se targuer d’avoir déjà fait l'affiche à ce jour, malgré son jeune âge, de quelques-uns des plus grands festivals internationaux - notamment le Festival de la Ruhr, où elle a fait ses débuts, le Festival International de piano de Shanghai et le Festival MISA (Music in the Summer Air) - et de plusieurs grandes scènes européennes telles que la Tonhalle de Düsseldorf ou l’Herkulessaal de Munich. Nommée Ambassadrice pour la musique classique par le Ministère de l’éducation artistique chinois, la jeune pianiste a commencé l’étude du piano à l’âge de 3 ans, et effectué ses débuts sur scène à 7 ans. Élève de Gary Graffman à l’Institut Curtis de musique de Philadelphie, puis de Nina Tichman à la Hochschule de Köln, qui lui a décerné un Master de piano, elle parachève actuellement sa formation auprès de William Grant Nabore à l’Académie Internationale de Piano du Lac de Côme en Italie. Ran Jia bénéficie aujourd'hui d’une réelle reconnaissance dans son pays d’origine, et jouera notamment cette saison avec l’Orchestre Philharmonique de Chine, l’Orchestre Symphonique de Guangzhou et l’Orchestre Symphonique de Shanghai sous la direction de Myung-Whun Chung. Elle a fait l’objet d’un documentaire filmé et diffusé par la chaîne de télévision Oriental TV, dans lequel elle s’exprime notamment sur sa vie de jeune artiste prodige.

M-AL

1 spectacle :

Partager ce contenu