Yuri Favorin

Yuri Favorin • © DR

Piano / Russie

Né à Moscou en 1986, Yuri Favorin montre dès son plus jeune âge d’exceptionnelles aptitudes musicales. Admis à l'âge de 8 ans à la prestigieuse École Supérieure de Musique de Gnessin, il étudie le piano avec Lidiya Grigor, la clarinette avec Ivan Mozgovenko et la composition avec Vladimir Dovgan. Intégrant ensuite le Conservatoire National Tchaïkovsky de Moscou, où il suit les cours de Mikhail Voskresensky pour le piano, de Karen Khachaturyan pour la composition et d'Alexandre Rudin pour la musique 
de chambre, il se perfectionne au contact de personnalités telles que Paul Badura-Skoda, Stephen Kovacevich, Dmitri Bashkirov et Jacques Rouvier. Remportant en 2003 le Premier Prix de la Fondation György Cziffra, et en 2010 le Quatrième Prix du Concours Reine Elizabeth de Belgique, il est aujourd'hui l'invité de grands festivals - Piano aux Jacobins, La Folle Journée de Nantes, Festival d'Automne de Moscou, La Roque d’Anthéron... -, et de salles prestigieuses telles le Concertgebouw d’Amsterdam, la Cité de la Musique à Paris, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le Beijing Concert Hall en Chine, le Tokyo International Forum ou l'Auditorium Tchaïkovsky de Moscou. Jouant avec orchestre sous la direction de Pierre Boulez, Marin Alsop, Paul Goodwin, Dmitri Liss ou Kazuhiro Koizumi, il se produit en musique de chambre avec Boris Berezovsky, Gérard Caussé, Marc Coppey, François Salque, Romain Guyot et Alexander Ghindin. Passionné de musique contemporaine, Yuri Favorin est membre, avec le compositeur Alexey Sysoev et le percussionniste Dmitry Schyolkin, de l'ensemble “Error 404”, dédié à la musique improvisée. Très attaché à la cause des enfants, il donne régulièrement des concerts de charité en Europe. Il a créé au disque les oeuvres de plusieurs compositeurs russes des XXe et XXIe siècles - Nikolay Medtner, Nikolay Myaskovsky, Nikolay Roslavets et Samuel Feinberg notamment -, et son enregistrement des Harmonies poétiques et religieuses de Liszt, paru en 2013, a été largement salué par la presse.

SC

1 spectacle :

Partager ce contenu