Shani Diluka

Shani Diluka • © DR

Piano / Monaco

Interprète “hors norme” (Le Figaro) douée d’une “virtuosité ailée” (Classica), Shani Diluka mène une brillante carrière internationale entre ses deux cultures orientale et occidentale. Étudiant avec Bruno Rigutto, Georges Pludermacher, Marie-Françoise Bucquet et Georges Chaminé, elle est récompensée d'un 1er Prix à l'unanimité au CNSMD de Paris. À la même époque, ses rencontres avec Leon Fleisher, Maria-Joao Pires, Menahem Pressler et Murray Perahia marquent définitivement sa carrière ; d'autres rencontres suivent, en 2005 lorsqu'elle intègre la prestigieuse Fondation de Côme présidée par Martha Argerich. Soliste invitée de nombreux orchestres - Orchestre de chambre de Paris, Philharmonique de Radio France, Orchestre Royal de Suède, Kyushu Symphony Orchestra au Japon... -, elle collabore avec de grands chefs tels Lawrence Foster, Vladimir Fedoseyev, Ludovic Morlot ou Gábor Takács-Nagy. Invitée de grandes salles, elle se produit en récital au Concertgebouw d’Amsterdam, au Théâtre de La Fenice de Venise, à l’Arsenal de Metz, à la Philharmonie de Paris, au Théâtre des Champs-Élysées, au Konzerthaus de Vienne, à Tokyo où elle fait l’ouverture de La Folle Journée, en clôture du festival de Verbier et à la fondation de Zubin Mehta. Son parcours se nourrit par ailleurs de collaborations avec les solistes Natalie Dessay, Teresa Berganza et Michel Portal, avec les compositeurs Wolfgang Rhim, Karol Beffa ou Bruno Mantovani, mais aussi avec de grands noms du cinéma tels que Sophie Marceau ou Charles Berling. Passionnée de musique de chambre, Shani est la partenaire régulière d’ensembles de renom tels que les quatuors Ébène, Ysaÿe, Prazak, Modigliani et Belcea. Animée d’un constant souci de transmission, elle a publié plusieurs livres-disque destinés au jeune public. Au disque, ses enregistrements solo (chez Mirare) de Beethoven, Mendelssohn, Schubert et Grieg ont recueilli, comme son CD “Road 66” - disque officiel de La Folle Journée 2014 -, de multiples récompenses. Sont parus depuis l'album “La Symphonie des oiseaux” et une intégrale des œuvres pour violoncelle et piano de Beethoven avec Valentin Erben, qui ont obtenu également un très beau succès critique. Son prochain disque, à paraître début 2019 chez Mirare avec le soutien de la Fondation Royaumont, explorera la relation filiale entre C. P. E. Bach et Mozart.

  • Deezer

1 spectacle :

Recherche

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partager ce contenu